ArticlesBurkina Faso

Cascade de démissions : Que se passe-t-il au sein de l’UPC ?

3 Mins read

A trois semaines des présidentielles, Zéphirin Diabré, Chef de file de l’Opposition du Burkina Faso dévoile, sans le vouloir une faille dans son système.

Le mois d’octobre est le mois où tous les masques tombent !


Que l’on soit Secrétaire adjoint chargé de l’information et de la communication de la section du Kadiogo, ou encore, Président de la jeunesse, en passant par Premier adjoint du maire de la commune Gorom-Gorom, l’heure est à la vérité et à la remise en question pour les membres de l’UPC.
En effet, depuis le 15 octobre 2020, à seulement un mois et une semaine des élections présidentielles du Burkina Faso, une cascade de démissions a vu le jour.
Euphémisme évident, le peuple burkinabè été spectateurs de plus d’une dizaine de démissions en l’espace de quelques jours.
Les résignataires, malgré tout le temps accordé à leur parti du cœur, qui n’était autre que l’Union pour le Progrès et le Changement, ont eu, semble-t-il, de bonnes raisons de quitter le navire dont Zéphirin Diabré est le capitaine.

Pour certains, comme Yacouba Maiga, Premier adjoint du maire de la commune Gorom-Gorom, Ibrahim Maiga, Secrétaire général de la sous-section UPC/Gorom-Gorom, ou encore Sambo Alu Mai, deuxième adjoint du maire de la commune Oursi, “cette décision, est la résultante d’une profonde réflexion sur les valeurs qui ont milité en faveur de mon engagement en politique et aussi d’une certaine déception sur les méthodes de gestion du parti”, pour d’autres, “cette décision a longtemps été murie sur les valeurs qui ont milité en faveur de leur engagement politique” (Boye Ag Illa, Président de la Commission des Affaires Générales dans la commune de l’Oursi).
Cependant, la perte la plus dramatique pour Zéphirin Diabré, fut celle de Nathanaël Ouédraogo, acteur clé du parti du Chef de file de l’Opposition.
Ce dernier est l’actuel troisième adjoint au maire de Ouagadougou et était le Président de la région du Centre et Secrétaire général de la province du Kadiogo pour le compte du parti de Zéphirin Diabré.
Il a, pour justifier sa démission, quitté le navire sur ces derniers mots : “Après dix ans à l’UPC, j’ai décidé de démissionner du parti et partant de toutes les fonctions ou postes de responsabilité que j’occupe à compter de la date de réception de cette lettre. Je quitte à mon corps défendant cette maison que j’ai participé à construire, avec honnêteté et abnégation, en sacrifiant souvent ce qui m’est cher” et même si le démissionnaire a lutté, comme il le dit, “dans la joie, les peines et la pesanteur du danger”, “Cependant pour l’amour du parti, je ne renierai jamais mes valeurs morales et religieuses, au risque de perdre mon âme”.
Sa démission fut un coup dur pour le parti qui a enregistré plusieurs défections et n’a d’ailleurs toujours pas positionné ces députés pour les législatives du 22 novembre prochain.


Il semblerait que le parti perde du terrain face au Président sortant, Roch Marc Kaboré, qui ne cesse de peaufiner à bien sa stratégie politique en cette veille électorale.
Quant à Justin Compaoré, plus connu sous le nom de Poé Naaba, 5ème Vice-Président de l’Union pour le Progrès et le Changement, aucune indication ou raison n’a été donnée, mais un fait est un fait. Poé Naaba n’arborera plus les couleurs de son ancien compagnon Zéphirin Diabré.
Enfin, l’une des démissions les plus marquantes fut celle de Rokia Traoré, secrétaire chargée des questions des femmes. En effet, cette dernière, ne se reconnaissant plus au sein de l’UPC a préféré se retourner vers un parti qui, selon elle, lui ressemble plus, qui n’est autre que le Mouvement pour le Peuple et le Progrès (MPP). Rokia Traoré assume donc apporter son soutien au Chef d’Etat du pays, Roch Marc Kaboré.
Ces deux dernières semaines ont démontré une certaine faiblesse et faille au sein de l’UPC et Zéphirin Diabré va devoir redoubler d’effort s’il veut ne serait-ce que toucher du doigt ce trône présidentiel tant désiré. Ses membres, après diverses interviews, regrettent de ne pas être entendus par leur mentor, et s’ils ne trouvent pas d’oreilles attentives, ils continueront d’aller chercher ailleurs.

Related posts
Burkina FasoCôte d'IvoireMali

Russie vs France : qui remportera la coupe ?

3 Mins read
Il y a quelques jours, JeuneAfrique publiait un dossier composé de plusieurs articles d’investigation sur les coulisses du “soft power” russe en…
ArticlesCôte d'Ivoire

Politique en Côte d’Ivoire : Ouattara et Gbagbo « préfèrent l’injustice au désordre »

4 Mins read
Derrière les images des deux anciens rivaux tout sourires, c’est bien plus qu’une réconciliation qui se joue. Si, pour l’un comme pour…
ArticlesInternational

"Juste du racisme": en Afrique du Sud, les violences nourrissent les vieilles rancoeurs

3 Mins read
Inanda (South Africa) – Des sanglots couvrent les chants funèbres diffusés par les haut-parleurs, au-dessus du cercueil orné de fleurs. Njabulo Dlamini,…
Power your team with InHype

Add some text to explain benefits of subscripton on your services.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *