ArticlesCôte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: le FPI-GOR et le FPI-légal amorcent un rapprochement

2 Mins read

Alors que le coup d’envoi a été donné lundi pour le dépôt des candidatures aux législatives de mars prochain en Côte d’Ivoire, les deux tendances du FPI se sont rencontrés. Avant de parler de réunification effective, les deux camps amorcent un rapprochement pour s’assurer le plus de sièges possibles dans le prochain hémicycle.PUBLICITÉ

Avec notre correspondant à AbidjanSidy Yansané

Si la visite « de solidarité et de compassion » du FPI-Gbagbo ou Rien au président du FPI-légal Pascal Affi N’Guessan évoque un nouveau rapprochement, rien n’indique que les deux tendances iront aux législatives sous la même bannière.

Côté Affi N’Guessan, on se félicite de la fin du boycott des frères ennemis, première étape vers une éventuelle réconciliation. Mais le secrétaire général de la formation politique, Issiaka Sangaré, insiste sur la mise en place impérative d’une synergie au sein de l’ensemble de la coalition des partis d’opposition. En clair : éviter de partir en rangs dispersés et d’avoir des candidats de l’opposition en concurrence sur une même circonscription.

Sur ce point, au sein de la mouvance pro-Gbagbo, Jean-Gervais Tchéidé, vice-président de la plateforme EDS, rejoint le camp d’en face, en évoquant de possibles alliances avec les autres forces de l’opposition telles que le PDCI, pour arriver à des candidatures uniques dans chaque circonscription. L’heure est donc au rapprochement en vue de scrutin, la question de la réunification du parti sera débattue plus tard.

Jean-Gervais Tcheïdé, vice-président de la plateforme EDS, qui rassemble plusieurs partis d’opposition

L’objectif commun est donc ravir le plus de sièges au parti présidentiel RHDP. Mais pour le spécialiste en stratégie Sylvain N’Guessan, les deux groupes FPI partent fragilisés.

D’abord en raison du manque de renouvellement de leur personnel politique, l’une des conséquences du boycott du FPI-GOR. Ensuite, à cause du faible score du FPI-Affi, qui n’avait récolté que trois sièges lors des législatives de 2016. Cette dernière frange serait même moins avantagée, selon le politologue, du fait de l’influence grandissante de Laurent Gbagbo dans les négociations, depuis que le retour de l’ex-chef d’Etat semble de plus en plus probable.

Affi N’Guessan lui-même a dit que si Gbagbo revenait, il lui remettrait son FPI, si l’on peut dire. Il reconnaît Gbagbo comme son patron mais il faut bien que les problèmes de personnes qu’il y avait entre eux, les susceptibilités, il faut bien qu’ils gomment ça. Ils ont intérêt à enterrer leurs rancoeurs, quelles qu’elles soient.

(rfi)

Related posts
ArticlesInternational

ICC: international justice or African injustice?

3 Mins read
Yesterday, on the World Day of International Justice, the 24th anniversary of the International Criminal Court was celebrated. A body still decried…
ArticlesInternational

BBC Africa Eye investigation exposes racist videos of African children on sale in China

1 Mins read
A BBC Africa Eye undercover investigation has exposed how a Chinese syndicate exploits vulnerable children in Africa to produce racist videos. In…
ArticlesInternational

Drogue – Captagon : après le Moyen-Orient, l’Afrique ?

5 Mins read
Produit principalement en Syrie et au Liban, le captagon est devenu ces dernières années l’une des drogues les plus répandues dans les…
Power your team with InHype

Add some text to explain benefits of subscripton on your services.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *