ArticlesNews

À Cuba, le célèbre hôtel Habana Libre est devenu la “maison des horreurs”

3 Mins read

C’est le plus grand hôtel de Cuba et l’un des édifices les plus élevés de l’île. Du haut de ses 27 étages, il domine largement la capitale. Le site indépendant Cubanet a enquêté sur sa décadence, liée à la pénurie de devises qui plombe l’économie du régime communiste.

À l’époque de son inauguration, en mars 1958, l’hôtel Habana Hilton se voulait le plus grand et le plus haut d’Amérique latine. L’histoire raconte que Fidel Castro en aurait même fait son QG après son entrée triomphale à La Havane moins de dix mois plus tard.

Un peu plus d’un an après, la chaîne américaine est expropriée : le Habana Hilton est alors appelé “Habana Libre”, un nom plus conforme au discours castriste.À LIRE AUSSITourisme. Le régime cubain vante à la fois ses “plages”, ses “mojitos”… et son “vaccin”

Aujourd’hui, titre le site publiant des journalistes indépendants cubains Cubanet, “l’hôtel Habana Libre, [c’est] la maison des horreurs”. Pourtant, le régime continue de le présenter “comme l’un des plus emblématiques, confortables et luxueux de l’île​” avec ses 5 étoiles, ses 27 étages et ses 532 chambres.

Et souvent, via Internet, de nombreux touristes étrangers se font berner : l’hôtel est situé dans le quartier relativement “aisé” et touristique du Vedado, à quelques jets de pierre du fameux Malecón, cette “promenade” maritime d’une dizaine de kilomètres sur la côte nord de la capitale.

“Cet hôtel est horrible, puant”

Mais Cubanet détaille :

Les milliers de commentaires négatifs, ainsi que les mauvaises notes laissées par les internautes sur TripAdvisor, le tout daté de 2012 à 2021, permettraient de classer le Habana Libre parmi les pires hôtels du monde. […] Les qualificatifs tels que ‘décevant’, ‘terrifiant’, ‘déprimant’, ‘abandonné’, ‘crasseux’ et ‘décrépit’ sont ceux qui reviennent le plus souvent sur près de 5000 témoignages publiés par des clients​.”

Et de citer, parmi bien d’autres, le commentaire d’un Argentin remontant à février 2020, avant que Cuba ne ferme totalement ses frontières, entre mars et le 15 novembre :

NOUS NE REVIENDRONS JAMAIS. Cet hôtel est horrible, puant, et le service CATASTROPHIQUE. Draps et serviettes qui sentent mauvais, tapis tachés […], tout était vraiment RÉPUGNANT. Nous ne retournerons jamais à Cuba […], c’est la pire expérience qu’on ait vécue. Le petit-déjeuner était dégueulasse. N’y allez pas, vous le regretterez. C’est gaspiller votre argent.”

La décadence de l’hôtel pourrait être due au cruel manque de devises de l’État, qui dure depuis des années, et aurait empêché une rénovation de fond en comble.À LIRE AUSSICrise des devises. En pleine débâcle économique, le régime cubain décrète le couvre-feu à La Havane

Depuis de nombreuses années déjà, les grands hôtels – réservés aux touristes étrangers – sont la propriété de l’État communiste, mais sont gérés par de grands groupes hôteliers étrangers.

En l’occurrence, par le groupe espagnol Meliá, très présent sur l’île. Logiquement, une rénovation complète de l’hôtel serait à la charge du gouvernement cubain.

Toujours selon Cubanet :

Un cadre du groupe Meliá affirme que plusieurs projets de rénovation ont été imaginés entre 2011 et 2019, mais tous se sont transformés en ‘mission impossible’.”

Créé en 1994 par une association à but non lucratif installée à Coral Gables en Floride, ce site met en ligne des articles reçus par téléphone d’agences de presse et de journalistes indépendants cubains. Il mélange l’actualité de l’ile, des reportages ainsi que des articles d’opinion diverses.

Cubanet

Related posts
ArticlesCôte d'Ivoire

Politique en Côte d’Ivoire : Ouattara et Gbagbo « préfèrent l’injustice au désordre »

4 Mins read
Derrière les images des deux anciens rivaux tout sourires, c’est bien plus qu’une réconciliation qui se joue. Si, pour l’un comme pour…
ArticlesInternational

"Juste du racisme": en Afrique du Sud, les violences nourrissent les vieilles rancoeurs

3 Mins read
Inanda (South Africa) – Des sanglots couvrent les chants funèbres diffusés par les haut-parleurs, au-dessus du cercueil orné de fleurs. Njabulo Dlamini,…
ArticlesInternational

Cinéma : ce festival de Cannes aurait pu être celui de l’Afrique

4 Mins read
Malgré le grand nombre de films africains sélectionnés sur la Croisette, deux seulement ont obtenu des prix. Même si chacun a retenu,…
Power your team with InHype

Add some text to explain benefits of subscripton on your services.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *