ArticlesGhanaInternational

Au Ghana, la boxe féminine pour combattre les grossesses précoces

2 Mins read

Face à une flambée préoccupante des grossesses précoces au Ghana, encore aggravée par la pandémie de Covid-19, la Fédération régionale de boxe d’Accra a lancé un tournoi de boxe féminine pour militer contre ce phénomène.

De notre correspondante à Accra,

Un ring de boxe posé en pleine rue, au milieu d’un attroupement de badauds. Le spectacle n’a rien d’inhabituel à Bokum, un quartier populaire d’Accra célèbre pour ses champions de boxe. Mais cette fois, les combats ont une particularité inédite : toutes les pugilistes sont des femmes. Un tournoi à vocation sociale organisé par la Fédération régionale de boxe et destiné à lutter contre les grossesses précoces.

Après chaque combat, les boxeuses sont invitées à prendre le micro pour partager leur expérience, explique Sarah Lotus Asare, travailleuse sociale et co-organisatrice du tournoi. « Les grossesses précoces sont un phénomène très répandu dans le quartier où nous nous trouvons et dans les quartiers voisins. Les filles et les femmes qui se battent aujourd’hui sont directement concernées, elles ont toutes vu des grossesses précoces dans leur entourage proche. Elles sont donc bien placées pour s’exprimer sur le sujet. »

Des carrières qui font rêver

Les premières à monter sur le ring sont des fillettes âgées d’à peine 11 ans, puis des adolescentes. Parmi elles, Mary Toshie, 16 ans, qui ambitionne de devenir boxeuse professionnelle. « Je ne veux pas tomber enceinte maintenant. Je sais que ce n’est pas comme ça que je vais m’en sortir, mais grâce à la boxe. La boxe me donne un but, une raison de m’accrocher, un futur. Et s’il y a des hommes qui veulent me prendre de force, maintenant, je sais me défendre. »

La star de la soirée s’appelle Priscilla Toffah. À 23 ans, la jeune femme a déjà défendu les couleurs du Ghana à l’international et a récemment été recrutée par l’armée pour ses talents de boxeuse. Une carrière qui fait rêver bien des jeunes filles. « Je veux être vue comme un modèle par les petites filles. Si la boxe m’a permis de rejoindre l’armée, ça veut dire qu’elles peuvent le faire aussi. Je pense que la cause principale des grossesses précoces, c’est le manque de repères parentaux. C’est pour ça qu’elles ont besoin de modèles comme nous au sein de la communauté pour les encourager. »

Quinze boxeuses s’affronteront au cours de cette compétition, soit presque la totalité des boxeuses d’Accra. La Fédération de boxe espère recruter plus de jeunes femmes à l’horizon des Jeux africains 2023. En espérant voir un jour les Ghanéennes briller autant sur le ring que leurs homologues masculins.

RFI

Related posts
ArticlesCôte d'Ivoire

Politique en Côte d’Ivoire : Ouattara et Gbagbo « préfèrent l’injustice au désordre »

4 Mins read
Derrière les images des deux anciens rivaux tout sourires, c’est bien plus qu’une réconciliation qui se joue. Si, pour l’un comme pour…
ArticlesInternational

"Juste du racisme": en Afrique du Sud, les violences nourrissent les vieilles rancoeurs

3 Mins read
Inanda (South Africa) – Des sanglots couvrent les chants funèbres diffusés par les haut-parleurs, au-dessus du cercueil orné de fleurs. Njabulo Dlamini,…
ArticlesInternational

Cinéma : ce festival de Cannes aurait pu être celui de l’Afrique

4 Mins read
Malgré le grand nombre de films africains sélectionnés sur la Croisette, deux seulement ont obtenu des prix. Même si chacun a retenu,…
Power your team with InHype

Add some text to explain benefits of subscripton on your services.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *