Burkina FasoCôte d'IvoireMali

Russie vs France : qui remportera la coupe ?

3 Mins read

Il y a quelques jours, JeuneAfrique publiait un dossier composé de plusieurs articles d’investigation sur les coulisses du “soft power” russe en Afrique.


Formations militaires, partenariats économiques, délégations diplomatiques, organisation de sommets… il semble que la Russie ait fait son chemin en Afrique et ne compte pas s’arrêter. De la Libye au Mali, en passant par l’Afrique centrale, les Russes se font de plus en plus d’alliés en Afrique et cela ne manque pas d’irriter les Gaulois.

Il y a quelques jours, JeuneAfrique publiait un dossier composé de plusieurs articles d’investigation sur les coulisses du “soft power” russe en Afrique.


Face à l’expansion russe, la France prend peur et cherche à contre-attaquer sur tous les fronts. L’échec des opérations au Sahel, le chaos en Libye ou l’absence d’aide en Centrafrique n’ont fait qu’aggraver la réputation de l’ancienne puissance coloniale, qui n’était déjà pas vraiment la bienvenue en Afrique.


Les déclarations officielles anti-russes des membres du gouvernement français n’ayant pas eu l’effet escompté, les Français ont tenté une autre approche : l’influence sur les réseaux sociaux.


En décembre 2020, Facebook a publié un rapport annonçant qu’il avait supprimé 150 comptes liés à l’armée française et aux intérêts russes, actifs au Sahel et en République centrafricaine. Ils révèlent l’existence d’une nouvelle “guerre froide” en ligne, entre la France, qui veut maintenir ses positions, et la Russie, qui cherche à étendre son influence.


Au lendemain du coup d’État du 18 août 2020 au Mali, certains partisans de l’action des militaires ont célébré avec des drapeaux russes. Beaucoup d’autres tenaient des affiches pré-imprimées identiques célébrant la coopération malienne et russe, des photos de Poutine et des messages remerciant la Russie pour son soutien.


Les sentiments pro-russes s’inscrivaient dans la lignée des messages qui ont commencé à Bamako un an plus tôt, après la signature d’un accord de coopération sécuritaire flou entre le Mali et la Russie. Les sites de médias sociaux accusaient l’ancienne puissance coloniale, la France, d’être responsable de l’insurrection islamiste dans le nord du Mali et appelaient la France à retirer les 5 000 soldats qu’elle avait déployés pour aider à combattre les djihadistes.


Ces thèmes ont été repris dans les manifestations organisées par les groupes d’opposition dans les mois
qui ont précédé le coup d’État.


Le Burkina Faso est-il le nouveau théâtre d’opérations de la guerre entre la France et la Russie ?


Il semblerait que le Burkina Faso soit le théâtre de la bataille d’influence entre la France et la Russie révélée par les médias et les recherches internationales. Jusqu’à récemment, le Burkina Faso était principalement une cible française dans ce jeu d’influence.


Cependant, les signes repérés montrent clairement un changement de tendance, indiquant une influence russe croissante et un intérêt à pénétrer les médias sociaux et traditionnels du Burkina Faso.


J’ai déjà pu remarquer sur Facebok, lors de mon enquête, des posts et des pages soutenant la Russie et attaquant ouvertement la France et ses actions en Afrique. Au Burkina Faso, une tendance se dessine sur internet, suite à la propagation de ces récits russes, une volonté de nos compatriotes de voir la Russie prendre un rôle plus important dans les actions de sécurisation du pays, remplaçant ainsi la France qui était jusqu’à présent le principal partenaire du Faso dans ces activités. Il semble que ces actions virtuelles aient une influence réelle sur notre population.


Une question se pose donc à tous : le Burkina Faso est-il le nouveau terrain de jeu de ces grandes puissances qui s’affrontent ?Allons-nous assister à une guerre d’influence franco-russe sur les réseaux sociaux burkinabè ? Cette perspective est certainement inquiétante. Le pays traverse des moments difficiles, et l’intrusion de forces extérieures cherchant à influencer ses habitants aura très certainement des conséquences dramatiques pour la paix et la cohésion sociale.


Je continuerai à surveiller ces opérations, à vous informer en temps réel et, bien sûr, à me battre Pour La
Vérité.

Anita Pettit

Related posts
ArticlesCôte d'Ivoire

Politique en Côte d’Ivoire : Ouattara et Gbagbo « préfèrent l’injustice au désordre »

4 Mins read
Derrière les images des deux anciens rivaux tout sourires, c’est bien plus qu’une réconciliation qui se joue. Si, pour l’un comme pour…
ArticlesInternationalMali

Makhtar Diop : « Au Mali et en Éthiopie, les investisseurs peuvent promouvoir la paix »

2 Mins read
Entre défis climatiques et risques sécuritaires, le directeur général d’IFC (filiale du groupe de la Banque mondiale) revient pour Jeune Afrique sur…
ArticlesBurkina Faso

Burkina : Kaboré limoge ses ministres de la Défense et de la Sécurité, Cherif Sy et Ousséni Compaoré

2 Mins read
Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a limogé les ministres de la Défense Chériff Sy et de la Sécurité Ousséni Compaoré,…
Power your team with InHype

Add some text to explain benefits of subscripton on your services.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *