Uncategorized

Procès Sankara : L’ombre de l’illustre absent plane

3 Mins read

Relations secrètes, assassinat, exil… les cadavres des membres fondateurs du CDP sont sur le point d’etre exposes au grand jour.

A quelques jours de l’un des procès les plus importants de l’histoire du Burkina Faso, la tension et l’impatience de voir la Justice rendue se font sentir dans le pays…

Le Burkina Faso admire Thomas Sankara. Depuis plus de 34 ans, les Burkinabè prononcent son nom avec admiration, et honneur, pour avoir un jour eu à la tête de leur pays, une personne aussi illustre et emblématique. Mais un non-dit demeure depuis le triste jour de sa mort… Les coupables ont été longtemps en liberté, et règnaient même sans être inquiétés dans le pays.

Tout change, quand en 2014, le peuple sort dans la rue et exige que Blaise Compaoré, président du Burkina Faso depuis 27 ans, quitte le pouvoir. Le peuple a soif de démocratie, et sans relâche, il va manifester jour et nuit, en digne héritier du révolutionnaire qui a fait briller son pays dans le monde : Thomas Sankara. Ironie du sort, celui que les Burkinabè veulent détrôner n’est autre que l’ancien compagnon révolutionnaire du héros, principal suspect dans l’assassinat de son ancien ami.

Blaise Compaoré, face à la fureur de son peuple, n’a d’autre choix que de démissionner, et de fuir, aidé par la France, en Côte d’Ivoire. Il y acquiert très vite la nationalité, et y reste depuis.

Mais Blaise Compaoré n’a jamais vraiment quitté le pays. Son ombre et son influence y résident toujours, en la personne d’Eddie Komboigo, chef du parti créé par l’ancien président burkinabè, et qui n’a jamais nié l’étroite relation qui les unit. Malgré les demandes du CDP et d’Eddie Komboigo, Blaise Compaoré ne rentrera pas immédiatement au pays. Non pas parce qu’il est interdit par le gouvernement et la justice, mais parce qu’il les craint. De multiples mandats d’arrêt ont été émis par la justice burkinabè à son encontre, notamment pour les répressions policières commises en 2014, mais aussi pour son implication dans l’assassinat de Thomas Sankara.

Aujourd’hui, Blaise Compaoré et ses avocats ont officiellement annoncé que l’ex-président ne viendra pas aux procès. L’absence de Compaoré me semble être une insulte aux familles des victimes qui ont attendu une réponse, et que justice soit faite, pendant toutes ces longues années…

Une autre figure prometteuse sera toutefois présente lors du procès : le général Diendéré. M. Diendéré, ancien bras droit de l’ex-président Blaise Compaoré, avait déjà été condamné pour “atteinte à la sûreté de l’État”, “meurtre” et “coups et blessures” en 2015 lors du putsch. Il avait été condamné à 10 ans de prison. Cette fois, il sera jugé pour sa participation au meurtre de Thomas Sankara. Sa proximité avec Eddie Komboigo n’est également plus à prouver : témoin de son mariage en 2013, Eddie Komboigo est un ami proche du condamné.

Les deux compères, Compaoré et Diendéré ont longtemps fait régner l’impunité au Burkina Faso. Sous leur pouvoir, l’évocation du nom de Sankara était quasiment interdite. Aujourd’hui, la justice et le peuple burkinabè veulent que l’ordre soit rétabli : les assassins en prison, Thomas Sankara honoré.

Espérons que le procès sera équitable et que les proches influents de Compaoré et de DIendere ne feront pas de remous en ces jours historiques. Blaise Compaoré lui sera absent, exilé et caché en Côte d’Ivoire, il ne reviendra pas.

Dans le cadre du projet de réconciliation nationale, le CDP semble avoir mal compris ses devoirs. Eddie Komboigo et ses compagnons ne devraient pas demander de gracier l’ex-Président et de laver ses crimes : ils devraient plutôt convaincre Compaoré de rentrer au pays et d’assumer la responsabilité du bain de sang, par respect pour les Burkinabè, et par respect pour la mémoire de Sankara et de ses compagnons, assassinés dans la douleur.

Blaise Compaoré rentrera-t-il un jour chez lui ? Va-t-il faire face aux accusations et aux questions du peuple burkinabè ? Il Ses dernières actions ne semblent pas mener vers cela, mais nous pouvons toujours espérer qu’un sursaut moral le fera réaliser. Affaire à suivre…

Related posts
Uncategorized

Le Mali ne digère pas les critiques du Niger

2 Mins read
Les propos du chef de la diplomatie nigérienne contre la transition malienne et le groupe Wagner ne passent pas à Bamako. Les…
Uncategorized

Oui à la coopération entre pays africains, non à l'intervention de puissances étrangères

3 Mins read
Alors que la France a annoncé son retrait progressif du Sahel, nous constatons que d’autres acteurs tentent de s’infiltrer dans la région…
Power your team with InHype

Add some text to explain benefits of subscripton on your services.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *